19 June 2010

Au risque d'être heureux!


Ce soir, j'ai découvert un livre qui s'appelle ' Au risque d'être heureux' par John Piper (en anglais, Desiring God)

 Trois façons dont le cœur répond dans l’adoration

L’adoration est vaine, vide, elle n’est rien lorsque le cœur n’est pas ému. Et je pense qu’il est possible de décrire en général ce que le cœur vit dans l’adoration. Il y a trois façons générales desquelles le cœur répond dans son culte à Dieu, et elles tendent à se superposer et à coexister.
1) Le cœur peut savourer la richesse de la gloire de Dieu.
Mon âme sera rassasiée comme de mets gras et succulents, Et, avec des cris de joie sur les lèvres, ma bouche te célébrera. Lorsque je pense à toi sur ma couche, Je médite sur toi pendant les veilles de la nuit. (Psaume 63 : 5, 6 – LSG)
2) Le cœur peut aspirer à ce que ce plaisir soit de plus en plus profond et plus consistant encore.
Comme une biche soupire après des courants d'eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? (Psaume 42 : 1, 2 – LSG)
3) Le cœur peut se repentir dans la tristesse lorsqu’il ne ressent ni le plaisir en Dieu, ni cette aspiration au plaisir en Dieu.
Oui, quand j'avais le cœur amer et tant que je me tourmentais, j'étais un sot, un ignorant, je me comportais avec toi comme une bête sans raison. (Psaume 73 : 21, 22 – BDS
Je n'ai lu que le premier châpitre mais déjà je me réjouis à l'idée d'en lire plus. L'auteur explique qu'il est un hédoniste chrétien. Etonnant! Que veut-il dire?
L’adoration des hédonistes chrétiens
Mais je fais un rêve pour notre Église, et pour ce que le culte pourrait être si chacun était un hédoniste chrétien. Je rêve de cette heure par semaine complètement différente de toutes les autres heures ; un rendez-vous de masse avec le Dieu vivant. Une salle remplie de personnes qui, du fond de leur cœur, disent :
Ô Dieu ! tu es mon Dieu, je te cherche ; Mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, Dans une terre aride, desséchée, sans eau. (Psaume 63 : 1 – LSG)
Je rêve d’un rassemblement de personnes qui aiment la conversation des amitiés chrétiennes, mais qui, pour l’amour de la profondeur de cette même conversation, l’abandonnent pour une heure et pendant le prélude de l’orgue, se prosternent dans une prière solennelle et sans honte que l’Esprit de Dieu descende sur notre culte et fasse trembler ce lieu par sa puissance. Je rêve d’une famille de croyants rassemblés le dimanche matin dans un bonheur en Dieu aussi sincère que celui de familles lors du premier jour en vacances, ou autour de la dinde de Noël, ou au pied de l’arbre de Noël lorsque les cadeaux sont distribués. De cœurs joyeux qui, sans retenue, disent « Amen ! » lorsque la chorale nous a menés vers Dieu, ou lorsque la louange à l’orgue a intronisé le Roi des rois, ou lorsque le prédicateur prononce une implacable vérité d’Évangile. Je rêve d’une heure ensemble où la rancune s’effondre et les vieilles plaies envenimées sont guéries dans la chaleur de la joie du Seigneur. Une heure avec Dieu où les enfants de Dieu, même exsangues et abattus, se regonflent de la force et de la puissance du Seigneur pour retourner au travail ravivés et renforcés le lundi. Je rêve d’un peuple rassemblé, affamé d’entendre la Parole de Dieu, et de faire un joyeux bruit pour le Dieu de leur salut avec les chants et l’orgue, avec le piano et les trompettes, avec les flûtes et les cordes, avec les cymbales et les cris. Je rêve d’une heure par semaine avec vous, pendant laquelle nous rencontrons Dieu ensemble, d’une façon si réelle et immanquable que des étrangers entreront et diront « C’est sûr, Dieu se trouve ici ! ».
L'auteur nous invite à être des chrétiens épanouis et heureux. Dieu nous a créé pour être heureux en Lui.
 Et vous, avez-vous lu ce livre? Qu'en pensez-vous? A-t-il eu une influence sur votre vie? 
Post a Comment